Réussir une adoption

adoption-chienAdopter un chien est une très bonne action, mais pour que cette belle histoire ne vire pas au cauchemar, il faut que ce choix résulte d’une importante réflexion.

A travers cet article nous souhaitons attirer votre attention sur certains points afin de vous aider  dans votre démarche d’adoption.

Mais est-il vraiment nécessaire de revenir sur quelques bases ? D’après notre expérience, il semblerait que cela ne soit pas totalement superflu… Désolé pour les autres.

Tout d’abord il faut savoir qu’un chien aboie, mord, joue, saute, bref il utilise tous les outils dont la nature l’a doté pour s’exprimer et si vous ne souhaitez pas subir ces désagréments, je vous conseille vivement d’aller plutôt regarder du coté des peluches. Il faut donc accepter une bonne fois pour toutes que votre futur compagnon est un chien et se comporte comme tel, vous chercherez par la suite les raisons d’un comportement si celui-ci devient problématique…
Il arrive souvent qu’un chien revienne au refuge au bout d’une semaine car il aboie en restant seul, comme si ce comportement était « étrange »… Mais en réalité il n’y a rien d’étrange à cela, surtout quand on réalise que ce chien se retrouve seul dans un endroit qui lui est encore totalement inconnu.

Un chien a aussi des besoins biologiques qu’il faut pouvoir satisfaire. Selon la race, le caractère et la lignée (et non pas seulement la race), votre compagnon aura plus ou moins besoin d’exercice, de place pour se détendre, de présence et surtout d’activités physiques et psychiques. Si ces besoins ne sont pas satisfaits, vous vous exposez à quelques problèmes avec votre voisinage ou votre mobilier, cela pouvant aussi aller jusqu’à l’auto-mutilation du chien…

Choisissez votre compagnon selon vos possibilités et non pas seulement sur un « coup de coeur ». Si vous souhaitez acquérir un chien de race ou « typé » renseignez-vous au préalable sur ses besoins en contactant le club de race concerné. Dans tous les cas informez-vous auprès des bénévoles du refuge ou de l’association qui connaissent a priori  bien le chien et sauront donc a priori vous guider dans votre choix.
Sachez que nous préconisons environ 1h30 de sortie hygiénique par jour en 3 fois (pas plus de 8 heures entre 2 sorties), au minimum.

Il ne faut pas non plus oublier que l’entretien d’un chien constitue une charge financière non négligeable. Ne vous fiez pas aux étiquettes des vitrines des animaleries, un labrador ne coûte pas 350 euros par an, mais 1000 € de plus selon la qualité des croquettes (le détail sur ce site), les visites de convenance chez le vétérinaire, sans oublier les éventuels accidents… Par exemple l’année dernière Cassis s’est mise à éternuer très régulièrement après une sortie au bois, nous avons du faire une fibroscopie, en comptant le traitement nous en avons eu pour 480 €. Pensez-y, car un accident est vite arrivé et les assurances ne remboursent pas tout (si elles acceptent votre chien).

Vous êtes décidé ? Alors il est temps de préparer l’arrivée de votre nouveau compagnon.

Choisissez d’abord un coin de couchage à l’écart du passage et sans courants d’air où il pourra se reposer sans être dérangé. On entend souvent dire que le chien ne doit pas avoir de visu sur toutes les pièces de la maison, mais cela est en réalité totalement infondé, vous pouvez donc le placer où bon vous semble dans un premier temps, sachant que votre chien pourra se choisir un autre endroit (autorisé) par la suite.

Pensez aussi aux gamelles (que vous laverez chaque jour), à une couette ou un couffin (pour son couchage), une laisse rigide ou une longe (utile pour l’éducation), un collier ou un harnais (au choix), un paquet de croquette de sa marque actuelle que vous changerez progressivement si besoin, des friandises (important !) et quelques jouets.

Nos conseils :

Nous arrivons au cœur du problème qui est  la patience ! Car contrairement à ce que certains imaginent, les chiens « clé en main » n’existent pas, et cela est encore plus vrai dans le cas d’une adoption. Si l’éducation d’un chiot est relativement aisée, la reprise en main d’un chien qui a déjà une histoire (plus ou moins rose) n’est pas toujours évidente. C’est pourquoi il faudra faire preuve de patience en posant dans un premier temps les bases d’une éducation cohérente et être attentif aux problèmes rencontrés. Ne vous attendez pas à avoir un chien « au carré » dès les premiers jours, même si ces cas ne sont pas anecdotiques. Soyez patient et compréhensif.

C’est pourquoi nous vous conseillons fortement de prendre un congé la semaine suivant l’arrivée de votre compagnon afin qu’il puisse créer des liens avec les membres de sa nouvelle famille (et amis), et surtout prendre ses marques dans son nouvel environnement. Mettez ce temps à profit pour faire connaissance avec votre nouveau compagnon, estimer son niveau de sociabilité, d’éducation et observer ses comportements. Ne remplacez pas votre présence par un vieux pull comme on peut le lire quelquefois, car votre odeur lui sera encore totalement inconnue et ne le rassurera donc pas.

Si vous rencontrez des problèmes de comportement n’hésitez pas à contacter le refuge ou l’association qui vous a cédé le chien pour savoir s’ils ont plus d’informations à vous donner concernant son comportement en refuge (ou famille d’accueil) et son histoire, cela vous donnera des pistes à creuser pour vous aider. Parfois il sera nécessaire de faire appel à un éducateur ou à un comportementaliste, les problèmes comportementaux sont rarement pathologiques et l’aide d’un professionnel pourrait être déterminant.

Voilà ce que nous pouvons dire pour le moment pour vous aider dans l’adoption de votre compagnon. Il y a sûrement encore bien des choses à dire sur ce sujet et nous y reviendrons ultérieurement. N’hésitez pas à commenter cet article si vous souhaitez partager d’autres conseils.

Copyright © 2013 Ad Canes