Les maladies vectorielles

Une maladie vectorielle est en médecine humaine ou vétérinaire une maladie qui est causée par un agent parasite et inoculé ou déposé par un vecteur vivant. Ce vecteur est un organisme qui ne provoque pas lui-même la maladie mais qui est nécessaire à la dispersion de l’infection en transportant les agents pathogènes d’un hôte à l’autre (tiques, puces, moustiques par ex.). Il s’agit par exemple de la piroplasmose et de la leishmaniose.

Dans certains cas, ces maladies peuvent se transmettre directement ou indirectement de l’animal à l’homme, ce sont les zoonoses.

Maintenant que les présentations sont faites je vous propose un récapitulatif des vecteurs avec les maladies concernées et le mode de contamination.

 

La Tique

tiqueDe la taille d’une tête d’épingle, la tique attend qu’un chien passe près d’elle pour s’y accrocher grâce à son rostre et se nourrir de son sang. La tique se gonfle alors progressivement comme un gros grain de café…

Les tiques sont surtout présentes dans les broussailles et buissons, les parcs et jardins, les forêts et sous-bois.

– Maladies :

La maladie de Lyme. Le diagnostique reste difficile car la maladie présente peu de symptômes, évolution possible en inflammation des articulations (arthrite).
La piroplasmose. Maladie grave et potentiellement mortelle. Les symptômes habituels sont : un abattement brutal, fièvre forte et soudaine, urines foncées…
L’ehrlichiose (sud de la France). Maladie qui atteint les globules rouges et diverses cellules du foie, de la rate et des ganglions. Les symptômes sont : forte fièvre, saignements de nez, muqueuses blanches, hémorragies…

– Mode de contamination :

Par morsure. La tique se fixe plutôt dans les zones à peau sensible du chien (tête, encolure, plis de l’aine, dos…). L’animal peut alors être contaminé lors du repas de sang de diverses tiques, qui peuvent transmettre selon les cas : une bactérie du genre Borrelia burgdorferi (maladie de Lyme), un parasite du genre Babesia canis (piroplasmose), et une bactérie du genre Ehrlichia canis (ehrlichiose).

 

La Puce

puceLes puces adultes vivent sur les chiens. Les larves, présentes dans l’environnement domestique, aiment les ambiances douces et humides (moquette, tapis…).

– Maladie :

La dipylidiose : les puces passent peu d’un animal à l’autre, le chien se contamine surtout au contact des sites d’éclosion de puces. Le risques est maximal toute l’année avec des variations saisonnières.
Les puces peuvent provoquer des démangeaisons, des irritations, des allergies et aussi transmettre un ver parasite (larve de ténia). En avalant des puces contaminées par le ténia, votre chien peut manifester par la suite des troubles digestifs, une inflammation des glandes anales, une détérioration de son état général… Risque de zoonose !

– Mode de contamination :

Par ingestion des puces. En avalant des puces déjà contaminées par le parasite (ténia) qui est à l’origine de la dipylidiose.

 

Les Moustiques

moustique1Ce sont les moustiques femelles qui lors de leur repas de sang, en fin de journée et durant la nuit, peuvent transmettre la maladie.

– Maladie :

La dirofilariose (surtout dans le sud de la France et notament en Camargue (forme cardio-vasculaire).
Les symptômes sont peu caractéristiques. La forme la plus évidente survient quand le ver parasite s’installe dans le coeur et l’artère pulmonaire du chien (« maladie des vers du coeur » : essouflement, fatigue, insuffisance cardiaque…). Risque de zoonose !

– Mode de contamination :

Par piqûre de moustiques. En piquant le chien (tête, extrêmités des pattes…) lors de son repas de sang, le moustique femelle peut transmettre un ver parasite à l’origine de la dirofilariose.

 

Les Phlébotomes

phlebotomeLes phlébotomes sont de petits moustiques qui vivent dans les zones rurales et rocailleuses, les aires boisées, les parcs et jardins.

– Maladie :

La leishmaniose (surtout dans le sud-est de la France et principalement lors des nuits douces et calmes du printemps à l’automne).
L’état général du chien se dégrade lentement. Symptômes variés : atteintes de la peau, saignements de nez, conjonctivites… Maladie grave, voir mortelle à long terme. Risque de zoonose !

– Mode de contamination :

Par piqûre de phlébotomes. En piquant le chien lors de son repas de sang, le phlébotome peut transmettre un parasite (leishmanie) à l’origine de la leishmaniose.

Copyright © 2013 Ad Canes