Les chiens ne sont pas des personnes !

deguisement-de-superman-pour-chienUne étude publiée par PLoS ONE fait sensation en ce moment en affirmant que « les chiens auraient les mêmes émotions et sensibilités qu’un enfant« . Cette conclusion un peu hasardeuse est reprise dans les médias sans le moindre esprit critique… Nous avons décidé de publier un article, parmi d’autres que nous citerons en bas de page, de Jason G. Goldman qui relativise les conclusions de cette étude.

>> Les chiens sont-ils vraiment des personnes ? Gregory Berns semble le penser. Ce dimanche le New York Times a publié un éditorial de Berns, un neuroéconomiste et auteur, intitulé « Les chiens sont aussi des personnes. » Mais tous les costumes d’Halloween de mignons petits chiots ne pourront pas changer un chien en personne.

L’argument de Berns repose sur la conclusion que son groupe de recherche a publié l’an dernier dans la revue PLoS ONE : alors qu’ils étaient assis dans un scanner IRM, nous avons présenté à deux chiens des signes de la main indiquant de la nourriture ou l’odeur de leur propriétaire. Ces signaux alimentaires et l’odeur d’un propriétaire sont des récompenses pour un chien. Ces choses rendent les chiens heureux. En conséquence, le noyau caudé du cerveau de chaque chien a montré un activité accrue de neurones en réponses à ces stimuli liés à la récompense. Plus précisément, l’analyse a montré une légère hausse de la quantité d’oxygène utilisée par cet ensemble de neurones.

Le laboratoire de Berns a produit des recherches très intéressantes qui va en effet nous permettre d’avoir un aperçu unique de l’esprit des chiens. Mais la recherche est encore à ses balbutiements. En fait, la partie la plus remarquable de son étude pourrait bien être sa capacité d’éduquer des chiens à rester immobile dans un scanner IRM !

Pourtant, il bondit d’une étude de deux chiens répondant à des timuli émotionnels positifs à l’affirmation selon laquelle les émotions sont comparables à celles des enfants.

Il écrit :

Est ce que ces résultats prouvent que les chiens nous aiment ? Pas tout à fait. Mais bon nombre de choses qui activent le noyau caudé humain, qui sont associés à des émotions positives, activent également le noyau caudé du chien. Les neuroscientifiques appellent cela une homologie fonctionnelle et elle peut être une indication d’émotions canines.

Et il ajoute :

La capacité d’éprouver des émotions positives, comme l’amour et l’attachement, signifieraient que les chiens ont un niveau de sensibilité comparable à celle d’un enfant.

Pas si vite… Il est utile de faire une marche arrière pour clarifier certaines définitions.

Une émotion est tout simplement la réponse physiologique de l’organisme à un événement externe, qu’elle soit positive ou négative. Le neuroscientifique Jaak Panskepp, célèbre pour avoir découvert que les souris rient quand elles sont chatouillées, fournit une bonne définition. Il écrit que les émotions sont « les processus qui sont susceptibles d’avoir évolués à partir des mécanismes de base qui ont donné aux animaux la possibilité d’éviter des dommages et des peines et à rechercher des ressources ou des récompenses de valeur. » Les émotions sont dons hautement adaptatives, qui conduisent les animaux à rechercher des stimuli agréables comme de la nourriture et à éviter les stimuli négatifs, comme les dents de prédateurs affamés. Les sentiments, cependant, sont différents. Les sentiments sont ce qui se passe quand le cerveau contrôle l’état émotionnel physiologique du corps.

En d’autres termes, la réponse physiologique de l’organisme à un stimulus externe précède notre expérience subjective de celui-ci. Ou, comme le dit le psychologue William James « nous avons peur parce que nous tremblons. » Pas l’inverse.

Armé d’une compréhension plus claire de ce qu’est une émotion et le sentiment envers celui-ci, il est effectivement tout à fait raisonnable d’affirmer que les chiens mènent des vies émotionnelles. C’est certain ! Et il est également tout à fait raisonnable de conclure que le cerveau des chiens « s’allument » en réponse aux stimuli de récompense. Bien sûr !

Mais il n’est pas raisonnable de penser que la qualité de leur vie affective est équivalente à celle des jeunes hommes. C’est parce que la cognition interagit avec les émotions d’une manière plus sophistiquée, même pour les enfants.

deguisement-cupcMary Helen Immordino-Yang étudie la cognition et les émotions à l’institut du cerveau et de la créativité de l’Université de la Californie du Sud. Elle m’a expliqué que, bien que les chiens ont des sentiments, ils sont toujours immédiats et situationnels. Un chien peut avoir une laisse et courir vers la porte avec enthousiasme en pensant à la promenade imminente dans le quartier. Ou il pourrait entendre un ouvre-boîte et commencer à saliver en prévision du repas. Ils répondent tout simplement à une association apprise. « Les sentiments humains sont beaucoup plus complexes car ils peuvent transcender le contexte immédiat. Nous ne ressentons pas uniquement l’émotion actuelle, comme les chiens peuvent le faire, mais nous pouvons aussi ressentir des émotions liées à de futurs scénarios imaginés, ou à des événements passés remémorés, ou abstraites, comme les idées hypothétiques. Nos émotions et nos sentiments ne sont pas limités au contexte immédiat dans lequel nous nous trouvons.

Ce que Berns a effectivement trouvé sont des preuves neurobiologiques que les chiens maintiennent des associations apprises entre les stimuli arbitraires, comme les mouvements de la main et l’expérience de gratification, comme manger. Et au moins une partie de ce processus se produit dans le noyau caudé chez le chien, comme chez l’homme. Ce qui est logique, puisque le noyau caudé est connue pour être impliqué dans l’évaluation de stimuli agréables ou désagréables.

Mais les chiens ne sont pas les seuls à avoir des sentiments dans l’immédiat. Le chercheur Silje Kittilsen de la Norwegian School of Vetenary Science, écrit dans un article du journal Behavioural Processes que les poissons, aussi, avaient des émotions. Si les chiens doivent être classés « comme nous ressemblant » sur la base de leurs émotions, alors les poissons devraient également nous rejoindre.

Comme les chiens, les poissons peuvent aussi apprendre à associer des événements extérieurs avec des récompenses positives. Un chercheur a éduqué une morue à associer la lumière avec de la nourriture. Et donc, lorsqu’il est mis dans la lumière, le poisson anticipe la récompense en rejoignant la zone d’alimentation. Ce comportement d’anticipation a été maintenue pendant trois mois. Et comme les cochons, si la morue est gardée dans un environnement enrichissant, elle est plus encline à explorer de nouveaux stimuli. Cela signifie que les poissons, comme les mammifères, peuvent maintenir une attitude émotionnelle positive sur le monde (optimisme) ou une attitude négative (pessimisme). Ils peuvent également être éduqués afin d’éviter des événements négatifs. Les chercheurs ont constaté que, après avoir appris à associer un flash de lumière avec un filet de poche, la truite arc-en-ciel et le saumon d’atlantique évitent d’être pris en s’échappant d’une partie de l’aquarium vers un autre dès que la lumière apparaît.

Comme Kittilsen qui a joliment fait remarqué qu’il est difficile pour les humains de voir des émotions chez les poissons. « Nous parlons souvent d’eux en termes de « récolte » ou d' »exploitation » dans l’industrie, et nous les rencontrons plus souvent agonisant sur les rives d’une rivières ou poser tranquillement dans le congélateur du supermarché. » Si la capacité d’un chien à anticiper des expériences enrichissantes prévisibles signifie qu’ils sont comme les humains, alors le comportement équivalent de la morue et de la truite devrait aussi les inclure dans le club des créatures ressemblants aux humains.

Pourquoi la ruée vers l’humanisation des chiens, mais pas le saumon ?

chien-hommePeut être parce que la domestication nous a permis de voir un peu de nous-même dans nos compagnons canins. Nous avons créé nos chiens à notre propre image. Nous avons tellement bien réussi à domestiquer les chiens qu’ils ont même surpassé les chimpanzés quand il s’agit de comprendre les indices sociaux humains. Contrairement à d’autres animaux, les chiens n’ont pas besoin que leurs comportements désirés soient renforcé avec de la nourriture, l’éloge d’un être humain est une récompense suffisante. Compte tenu de leur place unique dans la culture humaine, il est facile de savoir pourquoi quand nous regardons dans les yeux de Fido nous nous voyons nous-même.

Il est plus facile de trouver de l’humanité dans une espèce que nous considérons déjà comme faisant partie de la famille, chez les animaux que nous permettons de dormir sur notre lit, que de réfléchir à la vie affective des créatures qui ornent nos assiettes. imaginez, juste une seconde, que les animaux que nous nous enfonçons au fond de la gorge puissent éprouver les mêmes sortes d’émotions que les chiens. Et si, comme Fido, ils peuvent avoir peur, ou être optimiste ? Les recherches comme celle de Kittilsen laissent penser qu’ils le peuvent. Est ce que ça rendra les bâtonnets de poisson plus difficile à avaler ?

En fin de compte, faire valoir que les chiens ont des émotions est une position relativement facile à prendre dans un pays où 36.5% des ménages ont au moins un animal de compagnie canin. Arguer que le thon mariné à l’intérieur des boîtes de conserve dans votre placard de cuisine ont des émotions est une position risquée dans une nation de personnes qui dépensent environ 270,7 £ de chair animal chaque année.

Plutôt que de permettent à seulement quelques créatures d’entrer dans le club des espèces qui nous ressembles, nous devrions probablement rappeler que les humains ne sont pas aussi spéciaux que nous le pensons. Au lieu de plaider pour la protection des animaux en s’appuyant sur leurs similitudes apparentes à notre propre espèce, peut être pourrions nous simplement travailler pour éviter des souffrances inutiles chez tous les animaux, de type humain ou non.

Source : http://www.salon.com/2013/10/12/no_dogs_arent_people/singleton/

Autres articles :
http://www.psychologytoday.com/blog/are-dogs-people-really
http://www.psychologytoday.com/blog/dogs-are-persons-the-other-side-the-debate

1 Comment

  1. Super article.

    Très instructif.

Comments are closed.

Copyright © 2013 Ad Canes