Efficacité des récompenses

récompenseLes chiens apprennent-ils plus vite avec des denrées alimentaires que d’autres types de récompenses ?

On entend souvent les éducateurs en méthode positive discuter sur l’efficacité des différentes méthodes et des types de récompenses utilisées dans l’éducation des chiens. En raison de leur opinion bien arrêté sur les actions physiques comme les coups, les gifles, les tirages exagérés sur la laisse ou les collier à pointes, ces méthodes ne sont jamais abordés. Au lieu de cela les discussions sont surtout axés sur l’utilisation des récompenses  alimentaires par rapport aux autres récompenses positives telles que les caresses, les jouets ou les félicitations verbales à la manière d’un joyeux “bon chien !”. Certains éducateurs font savoir que l’utilisation des récompenses alimentaires était de la “corruption” et est souvent inefficace puisque le chien risquait de ne plus écouter si les récompenses alimentaires venaient à manquer dans certaines situations ou ne revenait tout simplement plus. D’autres disent que si caresser son chien peut être profitable, les simples félicitations verbales ne signifiaient rien pour le chien et n’était donc pas un bon outil pour l’éducation.

Pour Stanley Coren, en tant que scientifique, l’un des faits les plus intéressants dans ce débat est que personne ne propose des données ou des recherches pour appuyer leurs arguments. Une des raisons est que, bien qu’il y ait assez de preuves que la punition n’est pas efficace pour changer le comportement des chiens (voir ici), il y a eu très peu de recherches qui ont exploré l’efficacité des différents types de récompenses positives. Cela commence à changer car tout récemment un article abordant ce sujet est paru dans le Journal of Veterinary Behavior qui a publié une recherche de Megumi Fukuzawa et Naomi Hayashi du Département of Animal Resource and Sciences au Collège des Sciences Bioressources de l’Université Nihon au Japon.

recompense-chien_200_200Ces chercheurs ont décidé de suivre le déroulement de l’apprentissage de chiens qui devaient répondre à deux ordres simples très communs : le “reste assis” et le rappel. Tous les chiens ont commencé d’abord à apprendre l’ordre “reste assis”. La formation du “reste assis” a été effectuée par session de 10 essais auprès d’un expérimentateur qui donnait l’ordre puis s’éloignait. Si le chien tenait sa position jusqu’à ce que l’expérimentateur revenait, il était récompensé. Pour passer à l’étape suivante le chien devait tenir le “reste assis” correctement pendant 10 essais d’affilés.

Une fois que le “reste assis” était assimilé l’ordre du rappel a ensuite été enseigné. Pendant la première partie de la formation des chiens ont été invités à répondre au rappel à une distance de seulement un mètre, la distance a ensuite été augmentée par étape de quatre mètres. Il est bien connu que la fiabilité des chiens qui répondent au rappel diminue selon la distance du chien. Pour chaque étape de la formation le chien devait travailler jusqu’à ce qu’il réponde de manière fiable à au moins 75% du temps.

Trois groupes de chiens ont été utilisés, chacun avait le droit qu’à un seul type de récompense. Dans le groupe utilisant la récompense en nourriture chaque réponse correcte était récompensée par une petite gâterie comestible. Un deuxième groupe de chiens a été récompensé par des caresses sur la tête vers le bas de leur cou jusqu’aux épaules. Le troisième groupe de chiens a reçu des félicitations verbales équivalent à un “bon chien”.

Pour la formation basée sur le “reste assis” (ce que les expérimentateurs ont appelé de “base”), le type de récompense a eu un effet significatif. Les récompenses alimentaires étaient les plus efficaces et a nécessité un nombre plus réduit d’essais pendant la formation. En moyenne, les chiens qui ont été récompensés avec de la nourriture n’avaient besoin que de 5 sessions d’essais pour atteindre les 10 “reste assis” de suite requis. On peut les comparer aux 13 sessions d’essais qui ont été nécessaires pour les chiens qui ont eu les caresses comme récompense ou les 12 sessions d’essais qui ont été nécessaires pour les chiens qui ont reçu des félicitations verbales.

chien-recompense

Lorsqu’on observe les résultats pour le rappel la différence du nombre de sessions d’essais qui ont été nécessaires pour atteindre les 75% requis pour chaque distance n’était pas aussi clairement influencé par le type de récompense. Même si au début de la formation, à la distance relativement proche de 2 mètres, les chiens qui avaient la récompense alimentaire ont eu besoin d’une séance d’entrainement de 20 essais pour réussir, tandis que les chiens qui ont été caressés ont eu besoin de deux séances, et les chiens qui ont été félicités verbalement ont eu besoin de quatre séances, pour toutes les autres distances il n’y a eu aucune différence. Ainsi, au début de l’apprentissage de cet ordre il semblait y avoir un léger avantage pour la récompense alimentaire, mais pas dans l’ensemble.

La situation est très différente si l’on considère la rapidité avec laquelle le chien répond à l’ordre du rappel. Dans cette expérience il est tout à fait clair que les chiens qui reçoivent des récompenses alimentaires sont beaucoup plus enthousiastes et répondent plus rapidement. En fait, les chiens récompensés par des aliments prennent en moyenne environ deux fois moins de temps à venir en face de l’expérimentateur qu’il n’en faut pour les chiens recevant seulement des caresses ou des félicitations. Cette différence vaut pour la quasi-totalité des distances testées. Lorsque l’on compare l’efficacité de la caresse avec les félicitations verbales, les caresses physiques semblent être un peu plus efficaces, mais les différences ne sont pas énormes.

Selon Stanley Coren, ces résultats suggèrent que la récompense alimentaire est un peu plus efficace que les deux autres récompenses positives les plus fréquemment utilisées (caresse et félicitation). Toutefois, la taille de l’échantillon utilisée ici a était plus faible que ce que Stanley aurait aimé voir (seulement 15 chiens), d’autres tests seront donc nécessaires. D’autre part, ce sont les premières données qui se penchent sur cette question et c’est un début de réponse concernant le débat sur les récompenses les plus efficaces pour les chiens dans l’éducation canine.

Une autre étude a été réalisée par Péter Pongrácz, Dorottya Hegedus, Beatriz Sanjurjo, Adrienn Kővári et Ádám Miklósi sur la motivation du chien selon la qualité des récompenses alimentaires. Il en ressort que la préférence alimentaire ne joue pas un rôle très important dans les interactions chien-humain, mais que la qualité de la récompense peut être très importante dans la résolution de certains problèmes de sociabilité.

A voir aussi : Le rôle du renforcement et des renforçateurs en éducation canine, de Kimberley Johnson.

Source :
http://www.psychologytoday.com/…do-dogs-learn-faster-food-other-types-rewards
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0023969013000295

1 Comment

  1. Merci pour le partage de cette étude 😉

Comments are closed.

Copyright © 2013 Ad Canes