Bien choisir son éducateur

OffleashAvant 1981, lorsque le Dr Ian Dunbar a créé la première école du chiot Sirius, l’éducation n’était pas recommandée pour les chiots âgés de moins de 6 mois. Les seules méthodes d’éducation disponibles à ce moment là impliquaient la force physique et utilisaient des outils de formation tels que les colliers étrangleurs et étaient considérées comme trop sévères pour les jeunes chiots. Le Dr Dunbar a créé la méthode basée sur le leurre et la récompense qui a ouvert une nouvelle perspective sur l’éducation canine en général. Avec cette méthode, au lieu de punir un mauvais comportement, les chiots sont mis en position de réussite en les guidant vers le comportement souhaité puis en les récompensant pour la réalisation de ce comportement. Contrairement aux méthodes d’éducation traditionnelles qui utilisent la force, la peur, la douleur ou l’intimidation inhérentes à ces techniques, il était maintenant possible pour les chiots de commencer des cours d’éducation dès l’âge de 8 semaines.

La méthode d’éducation basée sur le leurre et la récompense s’est avérée si efficace et amusante pour les propriétaires comme pour les chiens que son usage est devenu courant dans les cours d’obéissance pour chiens de famille de tous âges. Finalement, elle s’est étendue à des domaines d’éducations plus spécialisés comme les sports canins, les activités de chiens de travail et la confirmation. Le clicker est une autre méthode d’éducation fondée sur la récompense sans user de punitions qui a été également développée pendant cette période et qui est devenue depuis très populaire.

La recherche présente des preuves irréfutables en faveur des méthodes fondées sur la récompense.

Au cours des 30 dernières années, les comportementalistes animaliers ont étudié les effets indésirables des méthodes coercitives. Le Dr Karen Overall, vétérinaire comportementaliste reconnue, a un point de vue catégorique sur l’utilisation de collier électrique et consort, « Ces outils ne sont pas de l’éducation, dans la grande majorité des cas ce sont des critères d’abus », selon une étude vétérinaire publiée en 2009 dans le Journal of Applied Animal Behavior. Si vous êtes agressif avec votre chien celui-ci sera agressif envers vous. Meghan Herron, DVM, l’un des principaux auteurs de l’étude, déclare : « notre étude a démontré que de nombreuses méthodes d’éducation basées sur la confrontation en fixant les chiens dans les yeux, en les frappant ou en les intimidant avec des manipulations physiques, ne font rien pour corriger le comportement incorrect et peuvent provoquer des réactions agressives« . Le Dr Sophia Yin, une autre vétérinaire comportementaliste respectée, ajoute : « En effet, l’utilisation de ces méthodes d’éducation basées sur la confrontation peuvent provoquer de la crainte chez le chien et conduire à un comportement agressif envers la personne qui réalise l’action aversive« .

Jean Donaldson, auteur à succès et comportementaliste canin, affirme dans son article intitulé Modern Dog Training vs Cesar Millan, « Le mouvement des méthodes non-coercitives a amélioré la communication en la tirant vers le haut. Les comportementalistes certifiés, c’est à dire ceux qui ont un diplôme supérieur dans le domaine du comportement et les vétérinaires-comportementalistes, c’est à dire les vétérinaires qui ont terminé une spécialisation liée aux problèmes comportementaux, sont beaucoup plus nombreux que dans les précédentes décennies, et la collaboration entre ces deux domaines et les éducateurs est plus importante. Ces deux professions sont largement d’accord sur le fait que l’utilisation de la confrontation physique et la douleur est inutile, est souvent préjudiciable et est surtout dangereuse« .

Le Dr Dunbar précise dans un article intitulé The Trouble with Punishment, « Malheureusement de nombreux éducateurs sont dépassés et de nombreux propriétaires ont lu des livres d’éducations désuets, ils ont donc tendance à se concentrer sur la répression des chiens non éduqués pour avoir enfreint des règles dont ils ignoraient totalement l’existence. Il est beaucoup plus rapide d’apprendre à votre chiot les règles de la maison afin de lui montrer ce que vous voulez qu’il fasse et le récompenser lorsqu’il les respecte. »

Au fil des années, de plus en plus d’éducateurs ont choisi de récompenser plutôt que de corriger, et plus de propriétaires prennent conscience de cette différence et font preuve de plus de discernement dans leur choix de l’éducateur. Avec ce genre de témoignage éloquent, il devrait être facile de trouver un éducateur qui utilise des méthodes modernes et scientifiques basées sur le renforcement positif, et ceux qui continuent à s’accrocher aux anciennes méthodes totalement dépassées devraient prendre le même chemin que celui des dinosaures. N’est ce pas ?

Faux.

Pourquoi les dinosaures errent-ils encore sur la planète ?

Pourquoi certains propriétaires de chien ou éducateurs choisissent de considérer un chien comme un adversaire à vaincre si l’objectif est d’avoir un compagnon ? Même à l’époque où l’un de mes chiens a été éduqué en utilisant la punition et un collier étrangleur j’avais déjà du mal avec ce concept. J’étais mal à l’aise de devoir faire des choses désagréables à mon chien quand il n’y avait pas d’autre alternative. Maintenant qu’il existe d’excellentes alternatives, comment les fabricants de colliers étrangleurs ou électriques arrivent-ils encore à vendre ?

LandscapeJe blâme en grande partie Cesar Millan. Alors que ses méthodes se basent sur le mythe de la dominance et du chef de meute, il a acquis une large popularité en jouant le rôle d’un expert canin à la télévision. Son concept consiste à créer un drame autour d’une lutte hiérarchique « dangereuse » avec les chiens afin de garder le téléspectateur en haleine. Même s’il avoue lui-même que ses méthodes spectaculaires ont pour but de divertir le téléspectateur et qu’il ne faut pas les reproduire à la maison, les propriétaires de chiens et même les éducateurs se laissent aller dans l’illusion. Certes, ce serait très ennuyeux de voir un chien agressif être traité par une lente désensibilisation et un contre-conditionnement, ce qui nécessite de garder un chien calme à chaque instant afin d’être vraiment efficace. C’est beaucoup plus excitant de corriger le pauvre chien en le mettant dans une situation où il n’a pas d’autres choix que de réagir violemment par peur, puis de montrer notre héros passer sa journée à le dominer physiquement. Musique inquiétante et feux rouges clignotants. La méthode de Millan vieille de 30 ans rend sexy l’abus du chien. C’est dégoûtant.

Cette méthode moderne (renforcement positif), basée sur la recherche scientifique est assez récente, c’est la raison pour laquelle les gens continuent à utiliser une méthode s’appuyant sur la force, par crainte du changement. Il est dans la nature humaine de s’accrocher à ce qui nous est familier et nous n’aimons pas modifier ce qui nous semble fonctionner. Et en effet la méthode en vigueur fonctionne. Vous pouvez intimider toute créature vivante en recourant à la peur et à la douleur qui sont des facteurs de motivation. Donc si un éducateur a utilisé des colliers à pointes pendant les 30 dernières années, il défendra farouchement cette méthode et aura tendance à se moquer de la recherche qui pourrait potentiellement nuire à cette croyance.

Il y a également le cas des personnes qui ne se sentent puissantes que si elles peuvent dominer une autre créature vivante. Il reste à espérer qu’il s’agisse d’une minorité de propriétaires et d’éducateurs de chiens. J’aimerais vraiment le croire mais je pense que cette attitude est malheureusement bien plus courante que nous le souhaiterions.

Et bien sûr il y a ceux qui n’ont pas encore entendu l’Evangile. La traduction littérale d’Evangile est « bonnes nouvelles » et c’est à nous les éducateurs et les comportementalistes d’éduquer le publique en répandant la bonne parole. Ce sont en effet de très bonnes nouvelles d’apprendre que nous n’avons pas besoin de blesser ou d’intimider nos chiens pour leur apprendre à bien se comporter.

Choisir le bon éducateur

En raison de la nouvelle vague d’éveil sur les méthodes d’éducation, les éducateurs utilisant la force doivent être beaucoup plus prudents dans leur manière de faire leur publicité pour ne pas perdre des clients potentiels. Si vous regardez les sites web de ces éducateurs, vous constaterez que beaucoup d’entre eux ne font pas mention de la manière dont ils travaillent ni des outils qu’ils utilisent. Vous pourriez avoir à étudier les images afin de discerner s’il y a utilisation de colliers à pointes ou étrangleurs durant les séances d’éducation.

Certains euphémismes « petits et mignons » peuvent également être utilisés. Par exemple le choc peut être appelé un « robinet », une « stimulation » ou un « stimulateur musculaire ». La secousse rapide d’un collier étrangleur qui produit un son particulier dans l’oreille du chien a toujours été appelé un « pop ». Jean Donaldson dit « le mouvement non-coercitifs prend de l’ampleur chaque année et le signe le plus évident de ce phénomène est que de nombreux éducateurs adeptes du recours à la force utilisent ces euphémismes pour dissimuler leurs pratiques violentes et conserver leur part de marché. Les chiens stressés ne sont pas « fermés », ils sont « calmes ». Ce n’est pas « étrangler », c’est « leader »« .

Même les termes « renforcement positif » et « amical » ont été détournés. Beaucoup d’étudiants ont rapportés avoir répondu à une annonce pour un éducateur « amical » qui s’est en fait avéré exiger l’utilisation de colliers à pointes. S’il leur arrive d’utiliser des friandises, ils prennent alors l’étiquette « éducation positive« . Beaucoup d’éducateurs qui utilisent les friandises en même temps que les corrections se qualifient d’éducateurs « équilibrés » ou « éclectiques« .

Si vous voulez vraiment un éducateur ou une classe d’éducation qui utilise les recherches modernes et scientifiques sur le renforcement positif et les techniques d’éducation, vous devrez alors passer outre les publicités. Il est certain que l’utilisation d’outils comme les colliers à pointes et étrangleurs est rédhibitoire, mais il peut également y avoir recours à la force et à la coercition même sans utilisation de ces instruments. méfiez vous de ceux qui crient, poussent, piquent, jettent des objets à proximité du chien utilisent des bruits pour le surprendre, force physiquement les chiens à se mettre en position alpha roll ou toute technique d’épinglage. Toute référence aux mots « alpha » ou « domination » devrait également vous faire réfléchir car c’est une bonne indication sur le fait que l’éducateur s’appuie sur ce mythe absurde.

La meilleure façon de déterminer si oui ou non un cours d’éducation est bon pour votre chien est de demander à assister à une séance. Si l’éducateur ne le permet pas, cela peut être un signal d’alarme. Recherchez les signes de stress chez les chiens comme la queue entre les pattes, la gueule crispée, le fait qu’ils évitent le contact avec les yeux, la position accroupie. Vous devriez voir les chiens heureux, enthousiastes et détendus et les propriétaires s’amusant. Si ce que vous voyez vous rend mal à l’aise, allez voir ailleurs.

Par Leah Roberts. Propriétaire et éducatrice de chien domestique au Dog Willing Positive Training Solutions.

Source : http://barksfromtheguild/when-choosin-beware/

1 Comment

  1. Heu… Ian Dunbarr a créé la méthode basée sur le leurre et la récompense ???
    Je suis super contente de l’apprendre…
    Joseph Ortega va être content aussi, lui qui a copié un tant soit peu la méthode prônée par un grand Suisse, Arnold Fatio, même si tout n’était pas rose, je vous invite à lire le « Manuel pratique d’éducation et de dressage d’un chien » d’Arnold Fatio écrit en 1960 avec le vocabulaire de 1960 et les connaissances de 1960, pourtant, l’approche n’est pas coercitive, ou si peu, ce n’est pas la base du discours de « dressage ».
    Je cite :
    « …seul un chien qui reçoit dès l’âge de trois mois une véritable éducation conforme au dressage future pourra devenir un vrai chien de service…il aura été préparé de tout petit pour le travail auquel il aura été destiné… »
    Il parle là de chien d’utilité bien entendu.

    re-citation : « …nous pensons que le lien d’affection qui unit le maitre et le chien est comparable à celui qui unit l’enfant à son père… »

    La Suisse a toujours été un précurseur, et dans les années 50, les clubs existant déjà éduquaient les chiens bien avant les six mois.

    Merci de m’avoir lue. Cynophilement votre.

Comments are closed.

Copyright © 2013 Ad Canes