Agressivité : nos responsabilités

chien-agressif-possessifVotre chien se montre agressif ? Ne le blâmer pas car vous pourriez avoir des choses à vous reprocher.

Des chercheurs vétérinaires de l’Université de Pennsylvanie ont constaté que les propriétaires d’animaux qui ont utilisés des méthodes coercitives pour régler des problèmes comportementaux de leur chien ont pu aggraver le problème au lieu de le résoudre.

Cette nouvelle étude, publiée dans l’édition de février (2009) du Applied Animal Behaviour Science, a constaté que les propriétaires d’animaux qui utilisaient des méthodes punitives en fonction de leur chien recevaient des réponses plus agressives que ceux qui utilisaient des méthodes basées sur le renforcement positif.

« Le problème de comportement de loin le plus commun que nous traitons chez les chiens est l’agressivité », a déclaré la vétérinaire Meghan Herron, auteur principal de l’étude.

Bien que de nombreux vétérinaires et éducateurs de chiens ne trouvent pas ces résultats surprenants, le public est largement inconscient des conséquences de l’utilisation de méthodes coercitives.

Herron dit qu’il était intéressant de constater que plusieurs méthodes coercitives, comme l’« Alpha roll » et la frappe ou crier « non » aux chiens, ont suscité une réaction agressive chez plus d’un quart  des chiens, selon les propriétaires d’animaux interrogés.

alpha-roll-e1344471280111-300x242L’alpha roll est une technique d’éducation dans lequel le chien est retourné sur le dos et est maintenu dans cette position, le plus souvent tenu par la gorge. Cela a été traditionnellement utilisé pour faire comprendre au chien que l’éducateur est le chef de meute, ou « chien alpha ». Herron dit que cette technique agressive, avec le grondement du chien, forcer le chien à baisser les yeux ou le forcer à lâcher un objet en faisant pression sur leurs gencives avec les doigts, vont plus probablement avoir un effet indésirable sur eux, ou ne pas les aider du tout.

La plupart des ces méthodes coercitives ou basées sur la punition suscitent la peur, et le principal facteur d’agression envers l’homme est la peur, précise Herron.

Les techniques coercitives et punitives peuvent inhiber l’agression, mais elle ne change pas la façon dont le chien perçoit la source d’agression », a ajouté Rendy Schwartz, propriétaire et éducatrice de chien à la tête de Anything Is Pawsible In Noble Square.

L’école vétérinaire de Penn à Philadelphie a recueilli 140 enquêtes auprès des propriétaires de chiens qui venaient consulter à l’école. Cette enquête demandait comment ces propriétaires traitaient l’agressivité de leur chien, quel genre de réponse appliquaient-ils et où avaient-ils appris cette méthode d’éducation. Elle a été réalisée sur une période d’un an et a analysé tous les chiens qui présentaient tous types d’agressivité, y compris l’anxiété de séparation et la peur de l’orage. Ils ont également constaté que les chiens qui présentaient une agressivité envers les étrangers étaient plus susceptibles de répondre agressivement à la technique de l’alpha roll. L’autre façon possible pour le chien de développer de l’agressivité est à travers les jeux, tel le tir à la corde.

totugornottotug« Le jeu du tire à la corde est une grande débauche d’énergie pour de nombreux chiens quand il est utilisé convenablement », dit Herron. Mais quand il n’est pas exécuté correctement il peut susciter des comportements agressifs.

« Tout contact de la gueule du chien sur les mains des personnes doit systématiquement mettre fin au jeu », dit elle. « Quand le jeu est terminé, le jouet doit être mis de côté et le tire à la corde ne doit pas être fait avec n’importe quel autre élément dans la maison. Cela permet de maintenir le jeu structuré et empêche le comportement lié au tire à la corde avec d’autres éléments, tels la literie ou les vêtements. »

« Nous encourageons les propriétaires à ne pas se livrer à des jeux brutaux qui implique les mains, les pieds ou autres partie du corps, mais plutôt de privilégier des jeux de façon plus structurée », dit Herron.

Schwartz a comparé le traitement des chiens à la façon dont un parent pourrait traiter leurs enfants. « Si vous éduquez un enfant d’une main lourde, ou par la force, vous pouvez voir ces enfants jouer de façon tout autant agressive », dit elle.

Herron recommande d’utiliser des techniques de renforcement positif, comme la récompense alimentaire. Elle a également suggéré aux propriétaires de rester calme, prévisible et cohérent lors de l’éducation de leur chien.

L’objectif de l’étude était de voir si les méthodes d’éducation coercitives conduisaient à des réactions agressives par rapports aux autres méthodes d’éducation. Mais la prévention de l’agression chez les chiens est beaucoup plus facile que son traitement. Alors que la plupart des chiens ont la capacité d’être réhabilité, « il faut une quantité massive de temps, de patience et de vigilance pour aider les cas grave », a déclaré Schwartz.

Herron espère que l’étude met l’accent sur le fait que l’utilisation de méthodes basées sur la coercition va augmenter le risque de préjudices chez les propriétaires de chiens et les chiens eux-même, qui subiront les conséquences en étant cédé, abandonné ou euthanasié…

Source : Sheila Dichoso pour le Medill Report Chicago. Traduit par Ad Canes.

42 Comments

  1. petite correction : « Herron recommande d’utiliser des techniques de renforcement positif (et non positive)

  2. moi je ne me fie qu’à l’école du chiot et du chien de José Ortega, l’inventeur de la méthode naturelle à base de douceur, récompense et renforcement positif .; aucune brimade ni contrainte, uniquement jeu et récompense .. les résultats obtenus sont étonnants dès le plus jeun e âge ..toutes les autres écoles par la suite se sont inspirées avec plus ou moins de bonheur de son idée, heureusement brevetée .

    1. Une méthode « naturelle » en opposition aux méthodes « surnaturelles » ? 🙂
      Sur quoi se base exactement cette méthode pour être définie comme « naturelle » ?

      Aucune de nos informations s’inspirent directement des méthodes de Joseph Ortega.

      1. Cette méthode est dite naturelle car elle basée sur l’éthologie du chien,donc du loup. Elle est inspirée des interactions dans son milieu naturel. Comportements entre congénères et relations entre mère et progéniture.
        Une communication juste et avec sentiment principal l’empathie !

        http://www.ecole-de-chiot.fr/static.php?op=loup2.txt&npds=1

        « 

        1. La structure sociale du chien est fondamentalement différente de celle du loup. Une meute de loup est une structure familiale « étendue » par non-dispersion des jeunes du couples fondateurs, et exceptionnellement d’individus solitaires… Chez les chiens l’organisation est composé d’individus solitaires ou en petits groupes d’adultes non-affiliés en général, il n’existe pas de coopération dans le soin des jeunes et ils subissent une influence humaine indirecte. Les relations entre des loups sauvage qui s’organisent pour leur survie n’ont rien à voir avec des animaux qui ont été domestiqués depuis des dizaines de milliers d’années.
          Sinon qu’on nous explique quel est le milieu « naturel » du chien domestique ? Peut être que quelque chose nous a échappé 🙂

          Faire la liaison entre l’éthologie du loup et celle du chien est aussi absurde que d’étudier le comportement du bonobo pour comprendre celui de l’homme.

          Si la méthode « naturelle » se base sur ces inepties je la déconseille fortement.

          1. pas d’accord.
            même si les arguments exposés peuvent sembler acceptables… mais quelque chose me dit que mr Ortega est un bien plus grand connaisseur de chiens que vous, et je ne me fie qu’aux résultats obtenus par l’éducation par la méthode naturelle..
            j’ai 2 chiens, l’un a été éduqué à la « dure » avec couché sur le dos, coups..il est complètement barjo.
            mon deuxième chien , a été éduqué aux méthodes douces.. renforcement positif..jeu, caresses, c’est un amour!
            qui sait se défendre, mais respecte ses congénères et les humains, sans jamais se laisser « marcher dessus » par personne.
            je peux lui faire confiance, ce qui n’est pas le cas de l’autre chien.

          2. Alors là , je suis 100 % d’accord avec vous Stephane …
            Le shemas social du loup et du chien ne sont pas les meme, pas comparable, il est par ailleurs dangereux de vouloir les mettre en correlation ….

            Pour ma part, je n’eduque pas en methode dites naturelle basée sur la methode ortega, pourtant j’éduque bel et bien par le renforcement positive et les seances qu’elles soient basiques ou ciblées sont avant tout basées sur la comprehension du chien et le respect de ce qu’il communique .
            Neanmoins, je ne verrais en aucun cas les methode Ortega comme exemple, malgres tout les respect que j ai et que je dois à ce savant monsieur et à son experience….

          3. Je vous donne entièrement raison….

          4. On ne peut même pas parler de meute même chez le loup, puisque celui ci est également solitaire.

          5. Merci Stéphane. Enfin quelqu’un qui a compris.

        2. le problème est que le chien n’a rien à voir avec le loup, cela est maintenant scientifiquement prouvé.

    2. ce qu’a dit Ortega en France, les américains ont préconisé une bonne décennie avant lui et je me demande comment on peut « breveter » le respect et la coopération en éducation?

  3. .entièrement d accord avec stéphane!!! Surtout les deux derniers paragraphes.

  4. J’écrirais bientôt un article à propos des différents termes utilisés par certains éducateurs comme un véritable outil marketing qui décrivent des méthodes utilisant souvent les mêmes principes (qu’aucun de ces éducateurs n’a inventé)…

    Les méthodes c’est le mal, on ne se cantonne pas à une « méthode » mais aux méthodes respectueuses du chien, peu importe leur dénomination ; naturelle, positive, douce, amicale, joviale, constructive… …

  5. Monsieur Ortéga n’a rien « inventé »…les principes de l’apprentissage sont universels et existent depuis toujours.

    1. ça me fait toujours marrer cette idée qu’il aurait inventé… quoi? les lois de l’apprentissage? l’éthologie? ou la non violence et la considération de l’autre?

  6. Moi jai une question ma chienne fais de langoisse de separation et pourtant jai jamais ete agressif avec ni ou ce que je suis aller la chercher alors pourquoi en fais telle ?

    1. Bonjour,

      L’anxiété de séparation est surtout liée à l’hyper-attachement, même si les problèmes liés à l’absence du propriétaire ont plusieurs causes possibles.

      Le chien a besoin d’une attache pour vivre et si vous n’apprenez pas à votre chien le détachement et la frustration il y a des risques que cet attachement se reporte totalement sur vous. Si c’est le cas, chacune de vos absences deviendra une source d’angoisse pour votre chien, ce qui peut provoquer toutes sortes de problèmes : vocalises, destructions, etc…

      Il faut apprendre au chien le détachement et la frustration, un éducateur vous aidera à régler ce problème.

  7. Si vous lisez l’anglais, Nicole Wilde a écrit un excellent livre pour aider son chien à surmonter l’anxiété à la séparation. Nous l’avons utilisé pour aider le notre (adopté après être abandonné lâchement dans la rue à moitié aveugle). http://www.amazon.fr/Leave-Step–Separation-Anxiety-ebook/dp/B005QD0Y34/ref=sr_1_3?ie=UTF8&qid=1368623251&sr=8-3&keywords=nicole+wilde

  8. J’en profite pour préciser que nous sommes très prudent dans nos conseils car nous ne sommes pas medium, contrairement à certains éducateurs, et il est très difficile de décrypter un comportement à distance sans connaitre les circonstances. De plus les descriptions d’un problème faites par les propriétaires sont souvent mal interprétées, ce qui peut rendre nos conseils totalement inutiles.

    C’est pourquoi, dans la plupart des cas, nous préférons recommander l’aide d’un éducateur qui saura interpréter le comportement et agir in situ. Comme pour le commentaire de Marie-andree dont nous ne savons rien, qui peut être interprété de plusieurs façons (anxiété de séparation ? Ennui ? Stress ? …) et par n’importe qui.

  9. Katherine GAVIN-GAMBLE

    Il me semble que l’on peut débattre du sujet à l’infini…. les méthodes à choisir dépendent certainement du TYPE et de la RACE du chien choisi. Il semblerait que les races diverses ont été « poussées » dans des buts très précis d’être au service des hommes dans un but de travail spécifique. Il est certain que cela se corse lorsque les gens choisissent d’adopter un chien destiné au « travail » dans ses lignées pour en faire un chien d’intérieur et de famille…. le chien s’ennuie et le travail de détournement de ses instincts de base demande beaucoup de temps et de patience, évitables si le futur maître est raisonnable et choisit en fonction de ce qu’il veut faire e son chien.
    La méthode « bisou-nourse » est certes fort sympathique…. mais en face d’un VRAI
    chien agressif, je doute fortement de l’efficacité.
    La fondation AVA se charge de réhabiliter des chiens très agressifs : cela prend UNE ANNEE pendant laquelle ils ne voient que 2 personnes (voir sur leur site). Mais que
    se passera-t-il quand ce sera une tierce personne….. Ils travaillent au clicker, c’est
    intéressant de voir que cela fonctionne pas mal, mais le chien est toujours en (grande) cage….
    P:S TIRER SUR UN OBJET QU’UN CHIEN A DANS LA GUEULE PEUT DEPACER LES MACHOIRES ET FAUSSER L’OCCLUSION DES CELLES-CI : MERCI DE DONNER DU TRAVAIL AUX OSTEOPATHES… !
    Katherine … éducateur canin – élevelur de labradors.

    1. Bonjour Katherine,

      Personne ne parle de clicker sur ce site et je ne connais pas les méthodes de l’AVA, je ne peux donc pas les critiquer. Maintenant il est vrai qu’Il existe des dérives chez les utilisateurs de méthodes positives, mais ce n’est pas une raison pour généraliser ces méthodes, pour la plupart basées sur le conditionnement opérant, à la simple utilisation d’un clicker, ou c’est vraiment très mal les connaitre.

      L’avantage des méthodes positives c’est qu’elles sont basées sur la compréhension, le respect et l’intelligence du chien, contrairement aux méthodes dites « traditionnelles » qui se limitent à l’obéissance du chien sous la contrainte. Des études démontrent que si les méthodes positives sont moins spectaculaires que les méthodes « traditionnelles », elles sont plus efficaces sur le long terme. Cette étude n’était pas nécessaire car qui aime les despotes ?

      Ceci dit, si vous avez des arguments contre ces méthodes dites « positives » nous sommes tout ouïe car vous trouverez sur ce site une pléthore d’arguments à l’avantage de ces méthodes respectueuses du chien.

      D’ailleurs Anne-Sophie Avocat (Pil ‘o’ Poil) avait écrit un article à ce propos :
      http://adcanes.fr/les-methodes-deducation-positives/

      Cordialement.

      1. Nous avons un Cane Corso (40 kg — chien de travail avec tendance très protecteur) agressif envers les inconnus. Notre premier éducateur se basait sur l’obéissance et la contraite et le résultat était un problème grandissant et un conflit pschologique pour nous (j’ai pleuré pendant chacune des 4 dernières leçons). Et pourtant, il n’était pas cruel ni très dur. Nous avons changé pour un éducateur 100% positif. Le début était long surtout car il fallait que le chien comprenne le changement du régime et que nous rattrapions le terrain perdu avec le permier éducateur. Mais récemment le chien fait des progrès spéctaculaires. Je suppose que l’on pourrait appelé ces méthodes « bisou-nourse », mais en fait, c’est juste utiliser la nourriture pour signaler au chien que celle-ci est une situation où on est bien et il n’y a rien à craindre. Plutôt de réagir tout seul, il se réfère à moi pour avoir mon avis sur la situation. Il ne se sent plus assiégé et il est visiblement plus détendu tout le temps, et non pas juste lors des rencontres avec les inconnus. Comme élever un enfant, éduquer son chien de cette manière est un investissement sur la durée (après tout, c’est un être vivant et évoluant), mais de l’autre part les chiens ne sont pas les accessoires ni des bibelots.

      2. Les méthodes traditionnelles n’ont jamais corrigé un comportement, c’est une utopie, alors que le R+ lui corrige les comportements.

  10. les méthodes positives ne s’appuient pas toutes sur la récompense alimentaire ! il ne faut pas confondre « méthode positive » et friandise ! Une méthode positive est une méthode qui s’attache à valoriser les bons comportements et non à sanctionner les mauvais. Il faut aussi différencier les approches basées uniquement sur le conditionnement (par la répétition) et celle faisant appel à l’esprit d’analyse du chien.

  11. et que faire lorsqu’il y a un mauvais comportement ? si, le « non » est à bannir, que faire ?

    1. Que peut signifier des « non’ à tout bout de champ pour des chiens qui n’en connaissent pas la signification, je veux dire avant de dire non peut être faut il qu’il comprenne pourquoi ce mot.

  12. Je ne penses pas que ce soit le mot « non » qui a été mise en cause mais plutôt le fait de le hurler.

  13. merci superbe article moi javait recuperé une chienne qui le maitre a dit mordue tou mon et je veut essaie a reduqué avez vous les idees pour moi?

  14. Qu’appelez vous un mauvais comportement ? il faut amener le chien à adopter un comportement qui nous satisfait dans cette situation. L’éducation se doit d’être directive en non simplement répressive. L’agressivité n’est pas un trouble du comportement c’est le symptôme d’une situation dégradée. Lire « La méthode « bisou-nourse » est certes fort sympathique…. mais en face d’un VRAI chien agressif, je doute fortement de l’efficacité. » me choque profondément. ces propos ne peuvent être l’œuvre que de personnes qui cautionnent la violence comme méthode « éducative » et qui de toute évidence ne connaissent pas du tout les méthodes positives. Que signifie « un VRAI chien agressif » ? les éducateurs en méthodes positives ont donc à faire à des faux chiens ?? Je sens venir derrière de tels propos un discours fort sympathique sur la dominance…

    1. Bien sur qu’existe « les comportements d’agression » et ils peuvent être multiples, bien sur il ne faut pas confondre un comportement d’agression et une pulsion agressive. Chaque chien est différent dans sa pulsion agressive, ce qui revient à dire que pour qu’un comportement d’agression se manifeste il faut : une pulsion agressive, une personnalité proactive ou réactive, un contexte favorisant la réactivité, un contexte défavorisant la satisfaction des besoins d’activité, un état physique permettant l’expression du comportement d’agression.

      Enfin tout ceci serait très long à expliquer, mais ce terme est juste.

  15. j’invite Katherine GAVIN-GAMBLE à prendre connaissance du travail du refuge DogTown de l’association américaine Best Friends…

  16. Positif ne veut pas dire que c’est bien et négatif que c’est mal… Positif veut dire qu’on ajoute quelque chose et négatif qu’on retire quelque chose.

    Dans toutes méthodes il y a du positif et du négatif, que ce soit en renforcement ou en punition, la différence n’est qu’une histoire de tendance. Ce limiter à l’un ou l’autre de ces conditionnements c’est se priver d’un certain nombre d’outils intéressants, voir décisifs.

    J’ai côtoyé des éducateurs en méthode positive, fonctionnant à l’ignorance à tout va, qui seraient incapables de gérer un chien délicat. Mais tous les éducateurs en méthode « positive » ne fonctionnent pas comme ça et savent utiliser le conditionnement opérant dans son ensemble, en gardant à l’esprit que le chien fera toujours ce qu’il aime et évitera ce qu’il n’aime pas 🙂

  17. Le « mauvais comportement » que nous ne savons pas comment le gérer le mieux possible, c’est lorsque nous sommes en groupe avec d’autres chiens, il veut toujours dominer un autre mâle du groupe. Il le fait plusieurs fois pendant les balades où ils sont tous libres de leur mouvement. Il se reprend à plusieurs moments et toujours sur le même. Nous le réprimandons en lui disant « non » d’un ton sec mais cela ne change pas, il essaie toujours. En fin de balade, nous arrivons à l’arrêter juste avant qu’il saute sur un autre chien juste avec le « non ». Je ne sais pas ce que l’on peut faire d’autre. Si vous avez des conseils, je suis preneuse.

    1. Bonjour, qu’entendez-vous par « dominer un autre mâle » ?
      Quels comportements adopte-t’il ?
      La dominance n’est pas vraiment un comportement en soi et les comportements assertifs sont nombreux, il faudrait donner plus de détails 🙂

      Des comportements agonistiques peuvent se produire entre certains chiens selon leur caractère et les circonstances, mais ça se règle souvent sans intervention de notre part et sans aller jusqu’à la morsure. A condition évidement que les chiens soient équilibrés, et dans tous les cas sous la surveillance des propriétaires…

  18. Quand je parle de dominer, c’est qu’il arrive sur un autre mâle soit doucement soit en courant et le grimpe comme pour une femelle. On ne veut pas qu’il fasse se comportement, donc on lui oppose un « non » mais il recommence quelques minutes plus tard et plusieurs fois dans une après-midi.

    1. Comment réagit l’autre chien ? en intervenant, d’une certaine manière vous privez l’autre de la possibilité d’exprimer son désaccord. Le chevauchement peut avoir plusieurs causes, il peut intervenir dans le jeu, il peut s’agir d’une recherche de contact, de test, … il peut être aussi le résultat d’une séparation précoce de sa fratrie ou de sa mère, il peut résulter de l’excitation lié à la rencontre… La vraie question est pourquoi ce comportement vous dérange ?

    2. Ceci est une agression intrasexuelle, il s’agit d’une agression semblable à l’agression compétitive sociale, entre chiens du même sexe (entre males ou entre femelles).Il n’ y a pas de ressource ou de privilège objectivable qui puisse déclencher cette agression.
      C’est l’agression typique de deux chiens mâles qui se rencontrent sur un trottoir, en forêt, lors de promenade en groupe, et qui ont besoin de se montrer et de prétendre qu’ils sont plus qu’ils ne sont réellement (machisme). Les émotions sous jacentes sont liées à l’insécurité. Encore une fois les chiens surs d’eux n’ont pas besoin de prétendre.

  19. J’approuve entièrement cet article. Mais souvent les chiens agressifs avec des congénères, le sont car ils sont mal socialisés et craintifs. Sauf s’il s’agit d’agression liées à la sexualité et aux hormones. Il peut aussi y avoir des problèmes d’agressivité liés à la génétique mal sélectionnée.

  20. J’ai un bichon maltais de 4kg … Mon problème avec la méthode positive qui réclame beaucoup de nourriture. C’est qu’en simples récompenses sans compter de repas elle dépasse en une heure de travail sa ration quotidienne… De plus les friandises très appétant la rendent malade et pour les autres à choisir entre croquettes ou n’en faire qu’a sa tête… Elle choisit la deuxième option.. Du coup j’ai renoncé et elle garde son défaut d’aboyer à tout bout de champs en extérieur… Je ne vois pas quoi faire d’autre…

    1. Bonjour, les méthodes positives ne réclament pas spécifiquement beaucoup de friandises puisque nous pouvons utiliser tout et n’importe quoi pour récompenser le chien : la sortie, un rencontre, une caresse, ses croquettes, son jouet, une interaction quelconque…

      Si vous gavez trop votre chienne la friandise perdra totalement de sa valeur et ne pourra plus servir de récompense. Si vous souhaitez travailler à la friandises il faut absolument ôter ce que vous donnez en récompense de sa ration quotidienne. Vous pouvez même utiliser la totalité de ses croquettes pour vous en servir comme récompense, vous n’aurez plus de problème de surpoids et vous aurez toute l’attention de votre chienne.

      Sachez que la friandise est une récompense d’ordre « général », vous pouvez utiliser toute autre objet à forte valeur pour la chienne comme récompense. Ensuite il faut récompenser par alternance, une fois sur deux, une fois sur trois, etc… Jusqu’à ne plus avoir besoin de friandises. La récompense n’est qu’une aide éducatif, pas un outil pour se faire obéir.

Comments are closed.

Copyright © 2013 Ad Canes